Le Lethwei, mon expérience en tant que spectateur

J’habite à Tokyo depuis bientôt 10 ans. Le Japon est un pays très sûr, la violence y est presque inexistante. Pourtant la violence “réglementée” est bien implantée. Le MMA a connu ici ses premières heures de gloire grâce au Pride et à ses combats tout droit sortis d’un jeu vidéo.J’ai eu l’occasion d’assister à des réunions d’arts martiaux plutôt atypiques depuis que je réside ici. J’en reparlerai plus en détail dans un prochain article. J’ai entre autres été spectateur à quelques reprises de combats de Lethwei. Ce fut un véritable choc! En France, le débat autour de la violence du MMA a fait rage pendant longtemps jusqu’à sa récente légalisation. Les détracteurs pointaient du doigt la barbarie que représentent les coups sur un adversaire au sol. Et bien ne leur montrez jamais un combat de Lethwei! Ils pourraient ne jamais s’en remettre.

Mais qu’est-ce que le Lethwei?

lethwei

Art martial birman très populaire dans sa patrie d’origine. Quelles sont les règles? Très simple, de la boxe thaï avec les coups de tête en plus, les gants en moins. Les gants sont remplacés par des bandages durs (le but est de protéger l’intégrité des mains, pas celle du cerveau). Mais ce n’est pas tout, au cas où le niveau de violence ne serait pas assez élevé, des règles bien particulières ont été mises en place. Je vous les fais découvrir au travers du récit de mon expérience:

“Où est l’arbitre?”

-Le premier combat commence sur les chapeaux de roue. L’un des deux prend clairement l’avantage sur une série de coups de poing qui finit par un knockdown. L’arbitre compte, le brave se relève avant la fin du décompte. 30 secondes plus tard, rebelote. Ce coup-ci, il ne se relève pas. Il est KO. Combat terminé? Non ce serait trop facile, son entraineur demande un break de 2 minutes pour laisser son poulain se remettre du trauma crânien. Les 2 minutes écoulées, il repart au combat et finit tout de même par perdre par KO.

lethwei

-2 ème combat : L’entraineur prend pitié de son boxeur dont la face est repeinte en rouge par son propre sang. Un coup de boule rageur venait d’entailler son crâne au niveau du front. Il finira la soirée enturbanné d’un bandage en attendant de se rendre à l’hôpital.

-3 ème combat : 2 birmans d’1m60 se rendent coup pour coup. Deux techniciens hors pairs armés d’un courage à tout épreuve. Ils tombent chacun leur tour mais se relèvent à chaque fois. Ils ne réussireront pas à se départager et le combat se finit au bout des 5 rounds prévus. Match Nul.

Le reste de la soirée fut du même acabit. Sang, sueur, courage, abnégation, excitation.

Explication

Perdre par KO est un pléonasme dans ce “sport”. Tout combat allant au terme du temps réglementaire est déclaré nul. Il n’y a pas de juge, donc pas de décision finale. Seul moyen de gagner, mettre KO son adversaire (potentiellement 2 fois) ou faire en sorte que l’entraineur jette la serviette. Ça évite les mauvaises décisions des juges mais pas les maux de tête le lendemain. Donc je résume :

  • Coups autorisés : poings, tibias, coudes, genoux sur toute la surface du corps avec en bonus les coups de tête.
  • Protections : quelles protections? Ah si, on a éventuellement le droit de porter un protège-dents et une coquille.
  • Armes autorisées : des bandes pour éviter de se fouler le poignet.
  • Bonus d’une vie en cas de KO
https://www.youtube.com/watch?v=BWRBNsmPueA&t=28s&ab_channel=LolloFightChannel

Mon avis

Blague à part, ces combattants m’inspirent un profond respect. Ils pratiquent l’un des sports de combat les plus violents, si ce n’est Le plus violent. Ce sont de véritables guerriers. Si vous avez un jour l’occasion d’assister une réunion de Lethwei, je vous recommande de ne pas rater ça. Spectacle garanti, on en perd pas une miette. La fascination de l’être humain pour la violence est à son comble.

La légalisation en France n’est pas pour demain, en tout cas pas sous la forme originelle du sport. Cette fois on aura du mal à faire croire que le Lethwei est moins violent que la boxe ou le judo. Je n’aime pas les interdictions en général, je pense que tout le monde devrait avoir le droit de mettre sa santé en danger s’il le souhaite et en est conscient. D’un autre côté je comprends que le rôle des instances sportives en France est de protéger les combattants, en particulier les jeunes. Un utopisme libertaire pourrait mener à des dérives. Dérives au combien présentes dans le monde du combat.

À vos commentaires

Pour plus d’anecdotes, rendez-vous ici!

Le samouraï, le rônin et le maître de thé.

Découvrez cette légende japonaise

--> apprenez une technique de Jedi pour hacker le cerveau d'un agresseur  !

Vérifiez bien que le mail n'est pas dans les spams!

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *