Georges St-Pierre se venge après avoir été humilié?

On ne présente plus Georges St-Pierre, multiple champion de l’UFC et considéré comme l’un des meilleurs combattants de tous les temps. GSP est sans aucun doute la meilleure vitrine que le MMA ait pu trouver. Belle gueule, techniquement impeccable et professionnellement irréprochable, il est l’archétype du gendre idéal, serviable et toujours souriant. Nul doute que l’histoire qui suit n’entachera pas sa réputation, bien au contraire.

Une enfance compliquée

Quand on le voit combattre dans ce qui est peut-être le sport le plus dur au monde, on est loin d’imaginer qu’il fut le souffre-douleur de ses camarades de classe.GSP était alors un enfant très frêle, la cible idéale des hyènes de la cour de récré. Dans différentes interviews, il raconte son calvaire pendant sa période scolaire. Les coups, les humiliations étaient son quotidien. Pendant les cours, sa principale activité consistait à élaborer des plans de fuite pour échapper à ses bourreaux qui l’attendaient à la sortie. 

À la maison, tout n’est pas rose non plus. En effet, son père est alcoolique et GSP préfère s’enfermer dans le mutisme plutôt que d’en rajouter une couche avec ses problèmes. Seulement un jour c’est la fois de trop. Son père le voit rentrer couvert de bleus et décide de mettre enfin un terme à tout ça. Ainsi, il rend visite au père de l’un des assaillants de son fils. Il découvre une famille brisée, une mère absente et un père violent, lui aussi probablement alcoolique. Quand il apprend ça de la bouche de son père, Georges commence à transformer la haine en compréhension.

C’est aussi à ce moment la que le patriarche décide qu’il est temps pour son fils de s’endurcir. Il l’emmène alors dans un dojo de karaté. Il ne sait pas qu’il vient par ce geste de sceller le destin de Georges. L’enfant peureux qui baisse les yeux commence à relever le menton. Il se découvre une passion pour les arts martiaux et en plus il est bon, même très bon. Jour après jour, les médailles s’accumulent et la confiance avec. GSP va bientôt gagner son premier grand combat, celui du respect.

Georges St-Pierre se rebiffe

L’heure de la fin de l’école sonne. Georges marche accompagné d’un ami en direction du bus. Sur leur chemin, un groupe de 3 gamins hostiles sont appuyés contre un mur, Georges et son ami les évitent soigneusement du regard. Cette fois pas de coups portés mais GSP reçoit des crachats. Plus question pour lui de faire le dos rond ni de fuir. Son ami essaye de l’en dissuader mais c’est trop tard, ce coup-ci il va répondre.

Tout seul, il se rue sur eux et se retrouve très vite submergé par les coups, l’avantage du nombre étant en sa défaveur. Il a perdu, certes, mais il ne s’est pas laissé faire. Les êtres humains sont comme des prédateurs, ils ne s’attaquent qu’au plus faible du troupeau. GSP n’est plus une proie facile et c’est la dernière fois qu’on est venu l’embêter. Ce fut pour lui un moment inoubliable dont il se rappelle encore avec fierté aujourd’hui.

Ironie du sort

Georges St-Pierre

L’histoire de GSP et de ses malheurs ne s’arrête pas là. Le destin est parfois surprenant, avec des scénarios tout droit sortis d’un film. Bien des années plus tard, petit Georges est devenu Georges “Rush” St-Pierre, le champion de sa catégorie et le prototype du combattant parfait. Au Canada, il est une star, ses combats battant les records d’audience du sacro-saint hockey sur glace. Un jour où il roulait au volant de sa belle voiture dans la ville de St Laurent, arrêté à un feu rouge, un clochard vient lui demander l’aumône.

Ce n’est autre que le tortionnaire de son enfance, celui au père violent et à la mère fugueuse. Ce dernier le reconnaît et prend peur. Mais GSP n’est pas du genre rancunier. S’ensuit une longue discussion bienveillante, Georges enjoignant celui qui avait été son ennemi à remonter la pente. Il repart en lui laissant tout l’argent qu’il avait sur lui et lui souhaite bonne chance. Quelques mois plus tard, ses parents reçoivent la visite surprise d’un inconnu. Le bourreau devenu mendiant est venu pour remercier Georges et lui annoncer qu’il avait trouvé un travail et qu’il avait repris sa vie en main. Comme quoi, ce monde rempli de tragédies peut cacher en son sein de belles histoires comme celle-ci.

Cette histoire en vidéo (en anglais) :

https://www.youtube.com/watch?v=IH1nL4bpu-Q&t=638s&ab_channel=AmanVarma

Pour d’autres anecdotes, rendez-vous ici!

Le samouraï, le rônin et le maître de thé.

Découvrez cette légende japonaise

--> apprenez une technique de Jedi pour hacker le cerveau d'un agresseur  !

Vérifiez bien que le mail n'est pas dans les spams!

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *