Le président de l’UFC menacé par la mafia

Dana White fut un jour victime de la mafia. Le président de l’UFC au crâne chauve n’est pourtant pas ce qu’on pourrait appeler un « pied tendre ». Dur en affaires, ils multiplie les sorties médiatiques chocs où il se permet de se moquer ou d’invectiver des types parmi les plus dangereux de la planète. On ne compte plus les combattants qui ont préféré baisser la tête devant la toute-puissance de leur patron.

Ayant grandi à Boston, Dana White est un ancien boxeur amateur. À la fin des années 80, il met en place un programme pour sortir les jeunes des quartiers de la délinquance et offre ses services en tant qu’entraineur dans différents clubs de boxe de Boston. Les affaires marchent bien jusqu’au jour où deux individus louches passe le pas de la porte d’une salle de Boston-Sud où il officiait. L’un d’eux interpelle Dana.

La mafia irlandaise de Boston

C’est Kevin Weeks, gangster notoire et bras droit du parrain local Whitey Burgler (le personnage de Frank Costello joué par Jack Nicholson dans « Les Infiltrés » est largement inspiré de ce dernier). Spécialisés dans le racket et le trafic de drogue, cette mafia composée de descendants d’immigrés Irlandais règne en maître dans la région.

mafia
Kevin Weeks

Tentative de racket

Kevin Weeks s’adresse à White et lui fait comprendre qu’ils font partie de la pègre locale. D’après lui il leur devrait 2500 dollars. En langage mafieux ça signifie qu’il faut payer pour continuer à travailler. En un mot, il est victime d’une tentative de racket. L’intimidation se poursuit sur plusieurs jours jusqu’à un coup de téléphone posant un ultimatum: « demain à 13h tu ramènes l’argent ». Autant dire que cela sonne comme un ordre, les gangsters de Boston sont peu enclins à négocier.

Mais on ne soutire pas facilement de l’argent à Tonton Dana, plus tard les combattants de l’UFC l’apprendront à leurs dépens. Ni une ni deux, Dana décroche son téléphone encore chaud et réserve le premier vol pour Las Vegas. Il remplit une valise à la va-vite et laisse tout derrière lui. Pas question de finir les deux pieds dans le ciment par 10 m de profondeur et encore moins de se délester de 2500 dollars.

Dana White
Dana White

Une fin heureuse

L’histoire connut néanmoins un dénouement heureux. C’est à Las Vegas qu’il commença sa carrière de promoteur. Il y deviendra le manager de Tito Ortiz et Chuck Liddell (qui deviendront plus tard champions de l’UFC) et fera la connaissance des frères Fertita avec qui il créera l’UFC. Comme quoi, se faire menacer par la mafia, ça mène à tout. Weeks et Bulger, quant à eux, couleront des jours heureux dans une prison de haute sécurité avant de collaborer avec le FBI pour une affaire qui n’a rien à voir avec cette histoire.

Ci-dessous, le témoignage de Dana White en vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=iZqf_JwupTs&ab_channel=Stadium

Pour d’autres anecdotes, rendez-vous ici!

Le samouraï, le rônin et le maître de thé.

Découvrez cette légende japonaise

--> apprenez une technique de Jedi pour hacker le cerveau d'un agresseur  !

Vérifiez bien que le mail n'est pas dans les spams!

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :