MMA boxe : la boxe anglaise en MMA

La boxe anglaise s’est imposée comme étant une composante essentielle de l’arsenal du combattant de MMA. Cependant, un boxeur d’élite ne sera pas obligatoirement le meilleur boxeur en MMA. Nous allons voir pourquoi et comment il faut adapter la boxe anglaise classique à la boxe anglaise de MMA.

Des gants plus fins en MMA qu’en boxe

Premier élément à prendre en compte. Des gants plus fins, ça veut dire moins de surface de protection et une plus grande facilité à pénétrer la garde. La garde haute, protégeant quasiment la totalité de la tête avec des gros gants, n’est plus un gage de sécurité en MMA. Il est toujours possible de parer les coups mais il ne suffit plus d’opposer un gant à un autre. Il faut parer en utilisant toute la largeur de son bras. Les styles de boxe statiques avec blocage type bulldozer sont donc moins à même d’effectuer une transition réussie en MMA.

La gestion de la distance est le principal apport de la boxe anglaise en MMA. Les boxeurs au style basé sur un bon jeu de jambes, avec des retraits de buste/contres et un panel de feintes poseront globalement plus de problèmes. La façon de boxer de Conor McGregor, Israel Adesanya ou encore Anderson Silva sont des bons exemples.

Une plus grande variété de coups

Commençons par l’aspect purement striking. Les règles MMA concernant le striking sont quasi-identiques à celles de la boxe thaï, seule la taille des gants diffère. Cela change radicalement la manière de boxer.

En boxe, ce n’est pas une mauvaise chose de baisser la tête et de faire constamment des esquives latérales et rotatives. Mais en MMA, il n’y a pas que les coups de poings à défendre : coups de genoux, coups de coudes et kicks sont à prendre en compte. Faire trop d’esquives, c’est s’exposer au risque de se faire contrer par un kick ou un genou. Raison pour laquelle les boxeurs thaïs ou les kickboxeurs se tiennent généralement beaucoup plus droit.

Encore une fois, il vaut mieux baser sa défense sur une gestion de la distance et privilégier les contres à la suite d’un retrait de buste. Néanmoins, les esquives restent très utiles à moyenne distance, en particulier pour initier une amenée au sol.

Le risque de se faire mettre au sol

Le “game changer” comme diraient les anglophones. C’est ce qui fait la spécificité du combat debout en MMA face aux disciplines pieds-poings pures. On trouvera donc moins de combinaisons de plusieurs coups dans les phases de striking. Celles-ci ouvrent une voie royale aux lutteurs pour descendre attraper les jambes entre 2 coups.

Les combattants se tiennent aussi plus loin l’un de l’autre qu’en boxe classique. “Se jeter” est déjà risqué en boxe anglaise car on s’expose à un contre. C’est encore plus vrai en MMA, un changement de niveau (se baisser pour attraper les jambes) est plus facile quand un adversaire nous fonce dessus.

Il devient donc essentiel de travailler sur moins de coups et de sortir de l’axe une fois la combinaison finie. Un travail en uppercuts est aussi intéressant pour le boxeur afin de faire comprendre au lutteur en face que toute velléité de takedown peut être sanctionner durement.

La garde haute si chère au noble art est elle aussi remise en question. Les mains fixées près du visage, il est moins facile de “sprawler”. On sera moins à même d’avoir le temps de placer ses bras sous les aisselles de l’adversaire pour défendre une amenée au sol. Il n’y a pas vraiment de règle parfaite en matière de garde en MMA. En résumé, monter les mains sert a protéger la tête, baisser sa garde sert à défendre les takedowns. Impossible de faire les deux en même temps. Garder le bras arrière collé au corps et au menton avec le bras avant plus mobile peut éventuellement être une solution.

Boxe en MMA : conclusion

En conclusion, il faut toujours se remémorer que la boxe anglaise et la boxe de MMA sont différentes et adapter son style en conséquence : garder ce qui est efficace, se débarrasser de ce qui l’est moins. J’attends votre avis en commentaire.

https://www.youtube.com/watch?v=aLUC7wx8aFM&ab_channel=BestCombat

Pour plus d’analyses techniques, rendez-vous ici!

Le samouraï, le rônin et le maître de thé.

Découvrez cette légende japonaise

--> apprenez une technique de Jedi pour hacker le cerveau d'un agresseur  !

Vérifiez bien que le mail n'est pas dans les spams!

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 23 mars 2021

    […] La taille des gants change radicalement la manière de boxer. En effet, plus les gants sont gros, plus ils vont protéger une large surface de votre tête quand vous êtes en garde. À l’opposé, il sera plus dur de trouver la faille dans la garde de votre adversaire, les coups pouvant être plus facilement bloqués. C’est l’un des points qui marquent une différence fondamentale entre la boxe classique et la boxe en MMA par exemple. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *