MMA vs Self-défense, un faux débat?

Depuis quelques années, il existe une certaine tension entre le monde du MMA et celui de la self-défense. Certains combattants comme Cyrille Diabaté critiquent vivement les différentes écoles de self-défense qu’il dénomme “mytho-jitsu”. On retrouve la même chose aux Etats-Unis où le “Bullshido” (contraction de “con**ries” en anglais et de “bushido”) est ridiculisé dans nombre de vidéos sur Youtube. 

La self-défense est décrite comme très peu réaliste puisque basée uniquement ou presque sur la théorie. D’un autre côté, l’argument principal des pratiquants de self-défense est que tout sport de combat est fondé sur des règles, limitant le champ d’action d’une personne qui serait victime d’agression. Qui détient la vérité? Les experts de self-défense sont-ils des escrocs ou possèdent-ils une connaissance du terrain qui fait défaut aux combattants? Je vais donner mon opinion et j’espère aussi lire la vôtre dans les commentaires.

La self-défense, qu’est-ce que c’est?

La self-défense, c’est un ensemble de systèmes de combat qui enseignent à se défendre face à tout type d’agression. Plusieurs agresseurs, agression au couteau, à l’arme à feu, etc. Il existe pléthore de disciplines de self-défense, les plus connues étant le Krav Maga et le Penchak Silat. C’est le premier problème que l’on rencontre lorsqu’on veut critiquer la self-défense. De qui parle-t-on? Il existe presque autant de disciplines que d’enseignants. Même l’appellation Krav Maga ne représente pas un système unique : il existe moult fédérations, en désaccord sur le type de techniques à utiliser. 

La self-défense, un repaire d’escrocs?

Il existe une différence fondamentale entre un entraîneur de MMA et un instructeur de self-défense. Le premier peut prouver que sur un ring ou dans une cage, les techniques qu’il enseigne marchent. Pour le second, rares sont les occasions de vérifier si une défense contre un couteau ou une arme à feu est utile en situation réelle. Il est donc difficile pour la self défense de prouver ses dires. Certains profitent de cette absence de confrontation à la réalité pour vendre du rêve et donner l’illusion à des gens naïfs qu’ils pourront se sortir de n’importe quelle situation de danger, moyennant une cotisation réglée dûment chaque mois.

Le problème de l’auto-persuasion

Le manque de test en situation réelle entraîne un second problème. Même sans volonté de tromper, certains se persuadent de l’efficacité de leur style. L’exemple le plus parlant est l’histoire de ce vieux maître japonais qui, pensant posséder une mystérieuse force pouvant projeter ses adversaires à distance, a déclaré offrir l’équivalent de 5000 euros à quiconque pourrait le battre. Un nez cassé plus tard et son compte en banque allégé, il finit par arrêter les arts martiaux. Blague à part, cette histoire est assez triste : réaliser qu’il avait été bercé d’illusions toute sa vie a dû être un sacré coup derrière la tête pour ce vieil homme.

https://www.youtube.com/watch?v=gEDaCIDvj6I&t=35s&ab_channel=J

Conclusion, self-défense = inutile ?

Après ce portrait au vitriol, on pourrait se dire que la self-défense est totalement inutile, voire dangereuse. Des élèves pourraient se croire en capacité de maîtriser un individu dangereux en utilisant une technique douteuse, s’exposant à un danger dont ils n’auraient pas bien pris la mesure. Les détracteurs de la self ont peut-être raison sur ce point.

Néanmoins, la présence en grand nombre d’escrocs ou de naïfs ne justifie pas de jeter le bébé avec l’eau du bain. Nombre d’instructeurs ne sont ni malintentionnés, ni bercés d’illusions. Réfléchir et s’entraîner à comment se sortir vivant de tout type d’agression est légitime. Certes, un combattant MMA sera bien plus performant qu’un expert de self en combat 1 vs 1 si les deux ont décidé de se battre à la loyale. Mais même un combattant chevronné peut se prendre un KO en traître. BJ Penn en a fait l’amère expérience. C’est là que la self-défense apporte un bénéfice. Non pas par une technique spéciale, mais par la prise de conscience que cela peut arriver.

Un boxeur n’est pas habitué à défendre les coups dans les parties. Sa technique, bien que redoutable, ne prend pas cette éventualité en compte. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Je ne dis pas qu’un boxeur sera totalement désemparé face à ça. Je dis simplement qu’en plus de sa boxe, se préparer mentalement à la possibilité de ce type d’attaque le rendra plus fort. De même, tout combattant de MMA s’est déjà pris un doigt dans l’œil accidentellement à l’entraînement ou en combat. Il connaît l’incroyable douleur qu’elle procure. Aura-t-il pour autant le réflexe d’essayer de piquer les yeux s’il se fait agresser? Très probablement non. Pas par manque de technique mais parce que ça ne fait pas partie de son instinct. 

Des pratiques complémentaires

En conclusion, comparer les sports de combat et la self-défense revient à comparer le ping-pong et le tennis. Ce sont deux pratiques différentes. Mieux, la pratique des deux est complémentaire. Un pratiquant de self-défense devra obligatoirement passer par les sports de combat pour être réellement performant en cas d’agression. Recevoir des coups, en donner, la fatigue, le stress, la peur, autant de choses que la théorie ne vous apprend pas. Pour le pratiquant de sports de combat, la self-défense peut corriger certains réflexes qui ne seraient pas adaptés à la rue. Par exemple, faire un takedown bien placé est génial en MMA, tandis que dans la rue ce peut être une erreur fatale.

Ci-dessous, une vidéo intéressante sur le sujet faite par Harry Mariette, expert en Krav Maga :

chaîne Youtube : Self Defense Ikm Krav Maga – Harry Mariette

Pour d’autres analyses, rendez-vous ici!

Le samouraï, le rônin et le maître de thé.

Découvrez cette légende japonaise

--> apprenez une technique de Jedi pour hacker le cerveau d'un agresseur  !

Vérifiez bien que le mail n'est pas dans les spams!

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *